COVID-19

Réponses aux questions de l’ASIP-TPG

Pourquoi les personnes sur le terrain n’ont-elles pas toutes des gants et des masques ?

Les Transports publics genevois (tpg) suivent les recommandations de l’Office fédéral de la santé public (OFSP) pour qui les personnes en bonne santé ne doivent pas porter de masques d’hygiène. Ce matériel ne protège pas efficacement une personne saine contre l’infection par des virus affectant les voies respiratoires. Porter un masque peut dès lors donner un faux sentiment de sécurité, selon l’OFSP. Ce dernier recommande le port de de masques et de gants aux seuls professionnels de la santé qui soignent des personnes atteintes du coronavirus ou qui font l’objet d’un soupçon fondé, lorsqu’ils ne peuvent pas garder une distance d’au moins deux mètres.

Sources :

Est-ce que le matériel de protection disponible aux tpg est adapté aux nombre de travailleurs ?

Le matériel de protection fourni aux collaborateurs des tpg et les mesures prises sont conformes aux recommandations émises par  l’OFSP.

En ce qui concerne les lingettes et les solutions hydro-alcooliques, des lots ont été distribués aux conducteurs. Il importe de rappeler que des solutions hydro-alcooliques ont également été remises aux collaborateurs de la voiture radio, des véhicules d’intervention, du dispatching et aux surveillants réseau. Une nouvelle distribution a eu lieu depuis le 25 mars aux BR et un réapprovisionnement régulier est prévu.

En plus du matériel de protection mis à disposition des collaborateurs sur le terrain, d’autres mesures de protection ont été prises. Le télétravail a été instauré pour les métiers où cela était possible, les cabines de conduite ont été isolées et les horaires ont été adaptés afin de réduire les risques de contagion entre collaborateurs (par exemple, par le travail en deux équipes). Par ailleurs, pour les véhicules et les locaux sur le réseau, le nettoyage a été renforcé, notamment avec une désinfection quotidienne, et toute remontée du terrain est prise en considération pour assurer son amélioration.

Source :

https://www.bag.admin.ch/bag/fr/home/krankheiten/ausbrueche-epidemien-pandemien/aktuelle-ausbrueche-epidemien/novel-cov/empfehlungen-fuer-die-arbeitswelt.html

Est-ce qu’il y aura assez de gel désinfectant pour l’avenir ?

Les tpg ont actuellement suffisamment de stocks. Et ils disposent de la possibilité de passer des commandes supplémentaires, la durée de l’épidémie en cours étant inconnue.

Les collaborateurs à la conduite considèrent que le nettoyage des véhicules devrait être renforcé, car actuellement jugé insuffisant ?

Toute remontée du terrain est prise en considération pour assurer une amélioration. Le nettoyage des véhicules a été renforcé (au dépôt comme sur le réseau) et ce point est suivi de très près par la cellule de crise.  Et dans le respect de chacun, il est par ailleurs maintenant interdit de laisser ses déchets dans la cabine de conduite.

Est-il possible de vérifier que la désinfection des véhicules est faite correctement (par l’OCIRT par exemple) ?

Plusieurs méthodes sont aujourd’hui utilisées pour s’assurer que le travail de nettoyage est effectué correctement. La plus importante d’entre elles repose sur les remontées des collaborateurs. L’équipe « bâtiments » intervient également pour vérifier que la prestation est bien réalisée selon les attentes et conformément aux clauses contractuelles.

Ces voies internes ont été privilégiées pour réaliser ce travail de contrôle. Il n’a pas été considéré pour l’heure que l’activation de l’OCIRT puisse être une voie à explorer ; la collaboration avec l’entreprise de nettoyage étant positive et constructive.

Comment sont gérés les locaux de pause en cette période de confinement ?

En ce qui concerne le nettoyage des locaux, un service a été ajouté le samedi (alors qu’habituellement, il est effectué du lundi au vendredi). Du savon supplémentaire pour les mains a également été mis à disposition.

Pour ce qui est des recommandations plus générales, des stickers ont été apposés devant chaque local pour rappeler aux collaborateurs les instructions de base d’hygiène et de conduite. Cela signifie notamment que le nombre de personnes présentes doit être limité afin de respecter la distance de rigueur. A ce titre, afin d’augmenter la distance sociale entre les conducteurs lors de leurs pauses, un autobus a été mis à leur disposition à Cornavin de 8h à 22h sur l’arrêt du E+/G+. Pour Rive, la salle d’attente de l’agence de Rive a été également mise à disposition des conducteurs de 12h à 18h.

Source :

https://www.bag.admin.ch/bag/fr/home/krankheiten/ausbrueche-epidemien-pandemien/aktuelle-ausbrueche-epidemien/novel-cov/so-schuetzen-wir-uns.html

Si les distances sociales ne peuvent pas être respectées par les usagers dans les véhicules, est-ce que  la responsabilité du conducteur est engagée ?

L’offre actuelle des tpg permet de maintenir une offre de transport minimum, conformément aux exigences des autorités fédérales, tout en respectant les mesures de distances sociales entre citoyens exigées par l’OFSP. Le respect des distances sociales ne relève pas des tpg et de leurs collaborateurs mais d’une responsabilité individuelle et collective de la population.

Sources :

Pour rappel, l’ensemble de l’information sur la situation est disponible sur Intranet. A ce titre, plusieurs sources d’informations sont mises à disposition des collaborateurs.

Dernière info des TPG du 17 mars sur le COVID-19